Monday, September 15, 2014

Prison de Loos-lès-Lille durant la Seconde Guerre mondiale Prison allemande et française.

Frédéric Turner communique:

Les démolisseurs ont détruit le mémorial de la déportation devant la prison de LOOS. Il n'est pas sûr qu'il sera remplacé. J'espère que les associations patriotiques réagiront à cette infâme destruction. Toutes les plaques de bronze énumérant le nom de tous les déportés du "Dernier train de Loos" ont été sauvées par la mairie en 2011 par crainte de vandalisme puisqu'il n'y avait plus de prisonniers à Loos donc plus de personnel ni de caméras qui auraient pu surveiller les lieux. J'espère que la presse nous en dira plus à ce sujet et que les autorités confirmeront que, quoi qu'il en soit, le mémorial sera bien reconstruit et si possible à proximité de l'emplacement du précédent même si la nouvelle prison de Loos ne voit pas le jour.
Voir article de La Voix du Nord du 17 mai 2014... Plus sur la prison de Loos les Lille...

- En savoir plus sur la prison de Loos.

Mon oncle Harold Ratcliffe et des centaines d'autres britanniques de Calais et de la région, arrêtés en juillet 1940 après l'armistice [lien], ont séjourné à la prison de Loos avant d'être transférés à la sinistre fortesse de Huy [lien] en Belgique et de là à l'Ilag de Tost en Haute Silésie [lien].

Mon cousin Allen Ratcliffe (son fils), arrêté à Marquette (avec Mr Damerment) le 23 mars 1943 [lien], fut aussi interné à Loos avant d'être déporté à Sachsenhausen en Allemagne; il finit sa vie à Dachau où il fut déporté en mars 1945, après être passé de Sachsenhausen au camp de Natzweiler en Alsace, puis au camp de Kochendorf et finalement à Dachau après une "marche de la mort" [lien].

Tant que je vivrai, je raconterai leur histoire. Des vies gâchées par la folie humaine et leurs prétendues "élites".  Et aujourd'hui cela continue à Gaza, en Israël,, en Syrie et en Irak, en Ukraine,  au Nigéria et ailleurs!